• Plus d'informations:

  • HH Journal
Close

Montres à complications

Montres à équation du temps

Montres à indications astronomiques

Montre-bracelet Jules Audemars à lever et coucher du soleil, équation du temps et quantième perpétuel

Les montres à équation du temps affichent la différence entre le temps solaire «vrai» (celui de la nature) et le temps solaire «moyen» (celui de nos sociétés). Cette complication à la fois rare et poétique est le plus souvent associée à d'autres affichages astronomiques.

En tournant autour du soleil, la Terre décrit une trajectoire elliptique; de plus, son axe est incliné par rapport au plan de l'équateur. Le jour «vrai», c'est-à-dire l'intervalle de temps entre deux midis «vrais» (passages du soleil au point culminant dans le ciel) n'a donc pas la même longueur au cours de l'année. Il ne dure exactement 24 heures que quatre fois par an: le 15 avril, le 14 juin, le 1er septembre et le 24 décembre. Sinon, il est tantôt plus long, tantôt plus court, selon une courbe se reproduisant de manière immuable. Cette différence - qui va de moins 16 minutes 23 secondes le 4 novembre à plus 14 minutes 22 secondes le 11 février - est appelée «équation du temps».

Les horlogers ont toujours rivalisé d'ingéniosité pour reproduire cette mécanique céleste. Les variations se répétant de manière identique aux mêmes dates, il est possible de les «programmer» à l'aide d'une came effectuant un tour par année. Cette complication très sophistiquée apparaît d'abord sur les horloges de parquet. Elle est ensuite miniaturisée aux dimensions des montres de poche, puis, au XXe siècle, des montres-bracelets. Mais elle apparaît rarement seule et fait notamment partie du «catalogue» classique de toute montre ultracompliquée.

Il y a diverses manières d'afficher l'équation du temps. La plupart des montres sont équipées d'un petit cadran ou secteur auxiliaire balayé par une aiguille qui va de -16 à +14 minutes. L'utilisateur doit ajouter ou retrancher mentalement cette différence par rapport à l'heure moyenne pour connaître l'heure vraie. Plus simples d'emploi, mais plus complexes à réaliser, les montres dites à «équation marchante» possèdent deux aiguilles des minutes dont l'une indique l'heure moyenne et l'autre l'heure vraie. Elles permettent donc une lecture immédiate, sans calcul mental. Ce système raffiné a été réservé pendant longtemps aux montres de poche.

Mais on a vu apparaître récemment les premières montres-bracelets à équation marchante. Au chapitre des innovations, les horlogers ont également développé des systèmes de lecture de l'équation du temps ajustés sur le degré exact de longitude, et non plus sur l'ensemble d'un fuseau horaire. Un gain certain au niveau de la précision.

Retour