• Plus d'informations:

  • HH Journal
Espace presse
Close

Montres à complications

Tourbillon

Complications de conception et de réalisation

Tourbillon sous trois ponts d'or

Créé pour compenser les effets de la gravitation terrestre sur la marche du mouvement, le mécanisme de tourbillon est l'un des sommets de l'art horloger. La fabrication de cette minuscule cage mobile abritant le balancier-spiral et l'échappement requiert un savoir-faire réservé à quelques artisans d'exception.

A l'époque où on les portait dans une poche de gilet, les montres se trouvaient presque toujours en position verticale. La force de gravitation avait une influence négative sur la marche du mouvement, notamment sur les oscillations du balancier et du spiral, deux organes essentiels au niveau de la précision. Pour éviter ces irrégularités, Abraham-Louis Breguet eut l'idée d'enfermer le «cœur» de la montre (balancier, spiral et échappement) dans une petite cage mobile tournant sur elle-même, généralement en une minute. L'organe réglant adopte ainsi successivement toutes les positions verticales, ce qui permet aux «écarts de marche» de se compenser mutuellement. Breguet fit breveter son système en 1801. Durant tout le XIXe siècle, le tourbillon est resté une complication très rare. L'essor de la montre-bracelet, au XXe siècle, a posé de nouveaux défis en matière de miniaturisation. Le tourbillon s'est imposé comme l'un des symboles de l'excellence horlogère, et les montres avec tourbillon ont tendance à se multiplier. Mais seule une poignée de manufactures, d'ateliers et d'Artisans sont véritablement en mesure de fabriquer ce minuscule mécanisme comptant près de 60-70 pièces, pour un poids généralement inférieur à un gramme.

Les horlogers ne cessent de perfectionner le tourbillon, en optimisant notamment son système de rotation. Et quand bien même son apport à la précision de la marche perd une part de sa justification dans une montre-bracelet, le tourbillon demeure une prouesse technique remarquable et une complication « visible » qui exerce toujours une véritable fascination. Cette petite cage tournant comme une planète (le mot «tourbillon» désigne au XVIIIe siècle le mouvement des astres) permet également de nombreux jeux de géométrie et de transparence dans le design des cadrans. Ces dernières années ont vu apparaître une nouvelle génération de tourbillons dotés de plusieurs axes de rotation simultanés. Sans oublier les mouvements équipés de plusieurs tourbillons. On parle de tourbillon volant quand la cage est maintenue par un seul axe. Quant au carrousel, si son principe de base est similaire à celui du tourbillon, il s'en distingue par le fait que l'organe réglant est placé sur une plateforme qui le fait tourner à la manière d'un cheval de bois sur un manège.

Retour