• Plus d'informations:

  • HH Journal
Espace presse
Close

Montres précieuses

Renaissance de la montre mécanique de tradition

De 1895 à nos jours

1990

Opus IV sertie, Harry Winston et Christophe Claret

L'Occident sort d'un long marasme économique et l'aspiration au bien-être apparue aux Etats-Unis se propage rapidement à l'Europe. Le redéploiement des montres mécaniques de tradition et l'essor des garde-temps haut de gamme s'accompagnent du développement du marché de la montre-bracelet ancienne de collection. Toutefois, les productions horlogères font état d'un certain éclectisme, typique à tous les moments de crise artistique et culturelle. Comme il n'existe alors ni courant idéologique homogène ni tendance fédératrice comparable à celle de l'Art Déco ou à celle du modernisme d'après-guerre, la créativité s'exerce sur les codes du passé réactualisés et redéfinis : la montre joaillière se miniaturise, s'inspire de l'Art Déco et s'orne de pierres fines selon le dégradé des couleurs de l'arc-en-ciel.

Les années 1990 sont conduites à rechercher une stabilité imposée par l'évolution de l'économie mondiale. Ainsi, le monde horloger est-il réduit à renouer avec ses racines et conçoit des montres très historiques issues de l'héritage de chaque marque. Pourtant, certains ouvrent des voies nouvelles. En 1996, De Grisogono se permet d'élever au rang de pierre précieuse le diamant noir jusqu'alors réservé à l'industrie pour renforcer meules et autres trépans de forage. Ainsi serties, ses montres acquièrent une personnalité aisément reconnaissable. Peu de temps auparavant, le joaillier Harry Winston crée en 1991 la Galatea, pièce unique en rhodium, un platinoïde particulièrement malaisé à mettre en œuvre. Dès lors, la maison ose unir les pierres les plus précieuses aux complications issues de la grande tradition horlogère et destinées aussi bien à la clientèle masculine que féminine. A partir de 2001, elle s'associe avec des créateurs-maîtres horlogers Artisans. Dorénavant, les boîtiers en platine rehaussés de diamants de la ligne Opus accueillent secondes rétrogrades, affichages à heures mobiles, chronomètres à résonnance, quantièmes perpétuels, tourbillons, répétition à minutes et sonnerie cathédrale, autant de complications issues de la Haute Horlogerie d'hier mais qui se projettent dans le futur grâce à une approche résolument Contemporaine.

Retour