-
Espace presse
Close

Montres précieuses

Première période de l'Art Déco

De 1895 à nos jours

1910

Sac en maroquin à montre-fermoir (zoom)

De 1910 à 1925, la rigueur des formes et des couleurs caractérise l'Art Déco. La lumière glisse sur les surfaces lisses. Les pierres composent des motifs géométriques stricts qui s'opposent (diamants, onyx) ou se complètent (diamants, corail, cristal de roche). L'émail opaque, autre composante fondamentale de l'Art Déco, souligne les motifs et se présente sous forme de larges aplats ou de fines lignes monochromes. Les créateurs s'inspirent de thèmes ornementaux venus d'Inde et d'Orient qu'ils adaptent aux montres broches, pendentifs et de poche. Dans ce domaine, le style appelé Tutti Frutti couvre la période comprise entre le début des années 1920 et la fin des années 1930. Il évoque le souvenir du culte islamique ou les styles dits hindous ou indiens. Il unit rubis, saphirs et émeraudes, gravés avec naturel et souvent importés d'Inde. Parsemées de diamants, ces pierres sont assemblées en arrangements de fleurs ou de branches ornées de baies ou de fruits. Plusieurs grands joailliers parisien tels Cartier, Mauboussin et Arnold Ostertag notamment ont excellé dans ces compositions.

Après 1925, les pierres de taille baguette renouvellent l'Art Décoratif. Elles commandent la structure du bijou au lieu de s'y soumettre et la notion de volume est préférée aux surfaces planes. Elles s'adaptent parfaitement à la montre-bracelet de forme baguette dont les premiers exemplaires sont l'œuvre des frères Georges et Henri Verger, d'après un calibre conçu durant les années de guerre par un horloger de Vacheron Constantin. Cette forme qui allait connaître un succès international jusqu'à la fin des années 1930 est fondée sur un rapport dimensionnel tel que sa longueur égale au moins trois fois sa largeur. Son mécanisme particulier dont la couronne de remontage est placée au dos du boîtier est développé à ses débuts sur un seul plan puis, à partir de 1924, sur deux niveaux par la Société Jaeger. Premier pas vers la miniaturisation, celle-ci est atteinte en 1929 avec le calibre 101 de Jaeger-LeCoultre qui depuis détient le record du plus petit mouvement mécanique du monde. Dans sa version joaillière, la forme de la montre-baguette est parfaitement appropriée à celle de la taille des diamants du même nom. Il en est de même pour les petites montres précieuses de forme navette rehaussées de diamants, dont la taille est également appelée navette et en vogue à la même époque.

Les créations des frères Verger confèrent à la maison éponyme une place particulière dans le monde des joailliers-horlogers de l'époque. Longtemps représentant parisien de Vacheron Constantin, Verger fournit à de nombreuses maisons célèbres des montres baguettes, des montres à volets dites à jalousies, des montres de sac appelées captives - autant de modèles dont elle est le créateur - ainsi que des montres-broches dont certaines, faisant appel à l'art de la laque, sont fortement influencées par l'art japonais.

Figurent entre autres parmi ses clients :

  • des joailliers parisiens : Boucheron, Cartier, Chaumet, La Cloche Frères, Fouquet, Janesich, Mauboussin, Ostertag, Vancleef & Arpels;
  • des joailliers américains : Black, Starr & Forest Inc., Charlton & Co., J.E. Caldwell & Co., Spaulding & Co., Tiffany, Trabert & Hoeffer Inc.
  • des joailliers espagnols tel Marzo, italiens et suisses comme Bulgari et Gubelin.
  • des horlogers : Baume & Mercier, Breguet, Jaeger-LeCoultre, Vacheron Constantin.
  • des accessoiristes du luxe : Dunhill, Hermes.

Au cours des années 1920, la montre joaillière devient précieuse au point d'être portée avec les tenues de soirée. Toutefois, afin de répondre à la règle de bienséance - toujours d'actualité - qui interdit à la femme de regarder l'heure durant les réceptions, le cadran est souvent dissimulé par un couvercle empierré sur les montres-bracelets. Il est placé au revers des pendentifs et des châtelaines, également appelées Régences, ou encore disposé à la place de l'intaille des montres-sceaux.

Retour