-
Espace presse
Close

Horlogers célèbres

Louis Moinet

1768 - 1853

Louis Moinet © mhe

Horloger et peintre français.

Etudie à Rome l’architecture, la peinture et la sculpture.

Professeur à l’Académie des Beaux-Arts de Paris.

Président de la Société chronométrique de Paris.

Bien qu’il ait fréquenté les plus brillants esprits de son époque : Breguet, Berthoud, Janvier, Houriet, Perrelet (Frédéric Louis), Vulliamy, Winnerl, d’Alembert, Lalande, Thomire et bien d’autres, il n’a jamais cherché à se mettre en valeur, ce qui expliquerait sa faible notoriété actuelle. Louis Moinet fut néanmoins engagé par Abraham Louis Breguet comme secrétaire afin de l’aider à rédiger un ouvrage selon ses conceptions de l’horlogerie. Le projet dont les brouillons sont conservés dans les archives de la Maison Breguet à Paris n’aboutit pas.

Théoricien et ingénieur, il fait exécuter entre autres et pour son propre usage :

 

  • Un mouvement de montre à réveil afin d’améliorer la puissance de la sonnerie,
  • Deux calibres de montres à pignon de 12 pour améliorer la précision en fonction des écarts de température,
  • Un ressort de barillet denté pour améliorer la marche des montres. 

Il projette une pendule dite parabolique à pendule circulaire continu et dans le même sens dans le but d’améliorer l’isochronisme. En outre, il poursuit des études sur la compensation thermique, imagine un nouveau parechute (système antichocs) défini un microscope à l’usage des horlogers, invente un échappement à rubis battant à 216 000 alternances par heure. Précis au soixantième de seconde, il permet donc d’indiquer la tierce.

Son invention majeure et très avant-gardiste réside dans son « compte-tierce », Chronographe exécuté de 1815 à 1816 par Fortin, horloger d’Abraham Louis Breguet et en accord avec ce dernier.

Cette pièce unique, élaborée à des fins astronomiques par Louis Moinet, citée dans son Traité d’horlogerie et réapparue lors d’une vente aux enchères a été présentée au monde horloger en mars 2013.

Dates-clés

1848

« Nouveau Traité Général élémentaire pratique et théorique d’Horlogerie pour les usages civiles et astronomiques », perçu comme ouvrage de référence.