-
Espace presse
Close

Histoire

Deux siècles d'innovations horlogères

La vocation première d'une entreprise réside dans l'innovation. Innover, c'est être créatif avec ce qu'il faut d'audace et de talent pour étonner. En développant sa vocation manufacturière, Girard-Perregaux s'inscrit comme l'une des rares entreprises horlogères suisses qui conçoit et réalise ses propres mécanismes. Ce statut lui impose de relever de permanents défis pour atteindre un niveau de qualité et de fiabilité de plus en plus élevé. C'est sans doute aussi le plus sûr moyen de cultiver un savoir-faire d'exception qui fait de Girard-Perregaux l'un des plus beaux fleurons de l'industrie horlogère.



Dates-clés

Girard-Perregaux : Jean-François Bautte/1791

1791 à 1852

Jean-François Bautte signe ses premières montres. A cette date, sont attachées les origines de Girard-Perregaux.

Girard-Perregaux : Constant Girard épouse Marie Perregaux/1852 Girard-Perregaux étend sa présence en Amérique et en Asie pour gagner une reconnaissance internationale.

1852 à 1900

Constant Girard épouse Marie Perregaux en 1852. Ils présentent le Tourbillon Girard-Perregaux sous trois Ponts d'or médaillé d'or lors de l'Exposition Universelle de Paris.

Girard-Perregaux étend sa présence en Amérique et en Asie pour gagner une reconnaissance internationale.

Girard-Perregaux: Vintage 1945

1900 à 1945

Girard-Perregaux poursuit son développement avec le lancement de modèles iconiques, telle la montre Vintage 1945.

Girard-Perregaux: Gyromatic à haute fréquence

1945 à 1970

Girard-Perregaux introduit au sein de sa famille Gyromatic le premier mouvement haute fréquence (36’000 alternances/heure).

Girard-Perregaux: retour vers les mécaniques de tradition

1970 à 2000

Girard-Perregaux est l’une des premières sociétés de montres de prestige à prendre le pari d’un retour vers les garde-temps mécaniques de tradition.

Girard-Perregaux: l'échappement constant L.M.

2000 à 2013

Les développements et les innovations se succèdent avec notamment l’avènement d’un échappement à force constante, l’Echappement Constant L.M.

Retour