-
Espace presse
Close

La Maison Les modèles Pour aller plus loin

La Maison

Portrait

Maximilian Büsser & Friends (MB&F), c’est une nouvelle philosophie horlogère qui s’exprime par une transparence totale. Sous l’impulsion du fondateur Maximilian Büsser, dont l’imagination débordante débouche sur de véritables ovni horlogers, toute une série de professionnels indépendants parmi les plus doués de l’horlogerie contemporaine œuvrent à des créations communes qui se matérialisent par des montres jamais vues sur poignet humain. Et comme il s’agit de rendre à César…, MB&F dresse une liste exhaustive de toutes les personnes ayant participé activement à ces garde-temps venus d’ailleurs.


Histoire

Son master d’ingénieur en microtechnique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne en poche, Maximilian Büsser fait ses premières armes chez Jaeger-LeCoultre. Ces sept premières années seront des plus formatrices. À 31 ans, il se voit proposer la direction de Harry Winston Rare Timepieces, question de donner à cette Maison joaillière internationale l’aura à laquelle elle peut prétendre dans l’univers horloger. Dès 1998 et pour les sept années à venir, Maximilian Büsser va ainsi donner ses lettres de noblesse aux garde-temps signés Harry Winston, grâce notamment au concept dévoilé avec la collection Opus, dont le premier modèle date de 2001. En contact avec les horlogers les plus talentueux du moment, il décide en effet de leur donner carte blanche pour la réalisation d’une montre défiant les lois de l’innovation et de la lecture du temps. Chaque projet est ainsi dûment attribué à un horloger créateur dont la renommée ne manque pas de rejaillir sur Harry Winston, cosignataire du garde-temps.Cette idée qui a fait merveille, Maximilian Büsser décide de la mettre à profit pour son propre compte. En 2005, il fonde Maximilian Büsser & Friends (MB&F) avec pour objectif de développer des Horological Machines nées de son imagination. Au vu des pièces présentées à ce jour, question imagination, Maximilian Büsser n’en manque pas. Dès 2007, ses collections s’enrichissent ainsi de machines horlogères ressemblant à des vaisseaux spatiaux, à des fuselages de junkers quand elles n’évoquent pas la futurologie des années 1970. Pour ceux qui désireraient une montre plus « sage », MB&F propose dès 2011 des Legacy Machines, deuxième grande famille de la marque, dont le design est à la mesure de la complexité technique qu’elles intègrent. MB&F ne s’est d’ailleurs pas contenté de réaliser des montres. La Maison a également investi l’univers des boîtes à musique aux côtés de Reuge et celui des pendules, en collaboration avec L’Épée 1939. Le résultat est tout aussi décoiffant.

Quelques dates clés

Les modèles